La Sous-Nutrition

Sommaire :
  1. Introduction
  2. Les causes :

    a) La situation économique du pays
    b) Les carences en micronutriments
    c) Les causes psychologiques
  3. Les conséquences :

    a) Sur le corps

  4. b) Sur la santé morale
  5. Les solutions
  6. Les chiffres chocs

  7. Définition (Introduction) :

    La sous-nutrition est un manque de nourriture. On peut l'appeler sous-nutrition lorsque les apports nutritifs ne suffisent pas à combler les dépenses énergétiques. Concrètement, la sous-nutrition est l'état pathologique d'une personne qui est insuffisamment nourrie, qui consomme des quantités insuffisantes d'aliments nécessaires pour satisfaire ses besoins en énergie ou en éléments nutritifs. Ce manque engendre des carences en micronutriments, plus ou moins graves selon les différentes carences. Nous en parlerons plus en détails par la suite. Nous avons étudié ce sujet en trois grands thèmes : les causes, les conséquences que cela a sur la santé, et les solutions qui peuvent être apportées afin de lutter contre ce problème.

    Tout d'abord, il faut savoir que plus de 800 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, c'est-à-dire environ 13%, ce qui peut avoir de graves conséquences.

    Pour supprimer totalement la sous-nutrition, il faudrait que tous les pays soient en état de sécurité alimentaire. Une population est dite en sécurité alimentaire dès qu'elle est assurée d'un accès permanent à une nourriture saine et nutritive.

    Selon la Banque mondiale, la sécurité alimentaire repose sur cinq conditions :



    Carte tirée du journal Le Monde montrant la sous-nutrition dans le monde.


    Voici un tableau comparatif sur les disponibilités énergétiques alimentaires par types de pays.



    Types de pays Disponibilités énergétiques alimentaires par jour
    Pays développés 3230 kilocalories
    Pays en développement 2910 kilocalories
    Pays pauvres Environ 2100 kilocalories
    Monde entier 2800 kilocalories
    1 kilocalorie = 4,18 kilojoules.

    On dit qu'on est atteint de sous-nutrition quand la quantité de nourriture est inférieure à 2100 kilocalories par jour. Nous voyons que la moyenne des pays pauvres se trouve juste à la limite, certaines personnes sont donc bien en dessous de cette moyenne et beaucoup de pays ne sont sûrement pas en état de sécurité alimentaire.


    Retour en haut de la page

    I. Les causes

    a) La situation économique du pays, de la famille.

    La situation économique du pays ou de la famille est à l'origine de la sous-nutrition, sans ressource, il est vraiment très difficile d'avoir une alimentation correcte.
    Bien sûr les pays riches ont beaucoup plus de ressources, plus un pays est riche, plus les populations peuvent se nourrir correctement. Beaucoup de pays souffrent de pauvreté, leurs habitants sont donc très souvent victimes de sous-nutrition ou de malnutrition. Parmi eux nous pouvons compter une grande partie de pays africains (Nigeria, Ethiopie, Tanzanie…). 17% de la population des pays en développement est sous-alimentée.
    La pauvreté est un facteur important de la sous-nutrition. Dans nos pays nous avons tout à disposition, mais ce n'est pas partout pareil. En plus de très peu manger, la nourriture a tendance à être très souvent la même, ce n'est pas équilibré, ce qui aggrave les conséquences.

    Les famines, résultantes de crises économiques, sont des véritables fléaux pour les pays pauvres. Ne mangeant que très rarement à leur faim en temps normal, lorsque qu'une famine arrive, les maladies se multiplient et les conséquences de la sous-nutrition s'intensifient : parfois, la mort est inévitable.
    Lorsqu'un pays est atteint par une famine, la quantité de nourriture est souvent inférieure ou égale à 1500 kilocalories par jour.


    Retour en haut de la page

    b) Les carences en micronutriments.

    Venons en aux carences en micronutriments. Plus de deux milliards d'habitants souffrent de ces carences, même dans nos pays. Ceci est plutôt dû à la malnutrition qu'à la sous-nutrition, mais quand on est sous-alimenté, on est obligatoirement mal nourri. Si l'on n'a pas une alimentation équilibrée, on peut très vite avoir un manque de certains micronutriments. Cela peut ne pas avoir de répercutions sur la santé (ce qui est rare) ou très peu, mais dans certains cas, les conséquences sont très graves.

    Par soucis de simplicité, voici encore un tableau :


    Micronutriments Conséquences
    Fer Abaisse la résistance aux infections
    Vitamine A Cause de cécité chez l'enfant
    Iode Lésions cérébrales, retard mental
    Zinc Immunité affaiblie, retard de croissance et faible développement intellectuel

    Comme je le disais tout à l'heure, en plus de ne pas assez manger, les gens pauvres ne peuvent pas manger équilibré, c'est pourquoi leurs carences en micronutriments sont parfois très alarmantes. On dénombre environ 250 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrant de manque de vitamine A, qui est la première cause de cécité chez les enfants !

    Les aliments sont très importants, mais la boisson également.
    Comme vous le verrez dans la partie "Alimentation", le corps humain résiste beaucoup moins bien si l'on ne boit pas assez que si l'on ne mange pas assez. L'eau apporte des micronutriments essentiels à la santé, mais tout le monde n'a pas accès à l'eau potable : aujourd'hui on dénombre un milliard de personnes n'ayant pas accès à l'eau potable !
    D'après les spécialistes, chaque être humain a besoin en moyenne de 30 à 50 litres d'eau par jour pour boire, cuire ses aliments, se laver, etc. Le Canadien en consomme en moyenne 326 par jour et l'Africain, 10 par jour.
    Ces chiffres prouvent que la situation économique du pays joue un rôle très important.


    Retour en haut de la page

    c) Les causes psychologiques.

    Nous pouvons aussi être atteint de sous-nutrition "de notre gré", certaines personnes se privent de nourriture, ou n'aiment tout simplement pas manger. Malheureusement pour ces personnes se nourrir est essentiel à la vie, il peut donc y avoir de graves conséquences lorsque le poids des personnes est trop bas. A partir d'un certain seuil, l'hospitalisation devient indispensable pour la santé de la personne. Ce cas est l'anorexie


    Retour en haut de la page

    II. Les conséquences

    a) Sur le corps.

    A cause des carences alimentaires, l'organisme doit s'adapter et cela cause plusieurs problèmes :

    Le corps humain dispose de réserves d'énergie sous forme de glucides et de lipides. Les glucides sont utilisés pour le fonctionnement des organes, et les lipides sont transformés en glucides pour être mis à disposition des organes.
    Lorsque les réserves en lipides sont toutes consommées, le corps commence à dégrader les protides (protéines), et notamment les cellules des muscles.
    Le manque de nourriture (donc d'énergie) provoque par la suite la maigreur et la perte de masse corporelle.
    Pour les dénutritions (état résultant de la sous-nutrition) sévères, il y a donc une perte de masse musculaire.

    On dit qu'un enfant est sévèrement sous-alimenté lorsque son poids est inférieur à 70% de la normale par rapport à sa taille (normale = taille-100-((taille-150)/4).

    Une grave sous-nutrition peut avoir de lourdes conséquences, comme nous l'avons vu dans le tableau précédent sur les micronutriments. Mais cela peut entraîner également la mort, des suites d'une maladie causée par la sous-nutrition.
    Aujourd'hui, on dénombre près de 16 000 enfants de zéro à cinq ans morts par jour des suites de ce fléau ! Ces malheurs n'arrivent quasiment que dans les pays pauvres, c'est-à-dire beaucoup de pays africains. Par ailleurs 20 à 25 millions d'enfants africains souffrent de sous-nutrition.


    Retour en haut de la page

    b) Sur la santé morale.

    En plus d'influencer l'organisme, le corps, cette maladie silencieuse et meurtrière a également des conséquences sur la santé morale.
    Les personnes concernées ont au bout d'un certain temps un manque d'appétit, sont continuellement tristes, tombent en dépression rapidement. Certaines personnes qui ont faim pendant une petite heure ont parfois du mal à le supporter, alors imaginez vous avoir faim sans arrêt, ce doit être un véritable enfer !


    Retour en haut de la page

    III. Les solutions

    Arrivés au stade de sévère malnutrition, les enfants sont pris en charge dans un centre spécialisé pour être réhydraté et réapprovisionné en nourritures équilibrées. Ainsi l'enfant reprend de l'appétit et retrouve peu à peu de la vitalité. A la fin de ce "stage", il peut rentrer chez lui mais reçoit une ration quotidienne en plus du plat familial.
    Malheureusement ce n'est pas le cas pour tous les enfants, et ce type de soins est très rare pour les adultes. C'est pourquoi l'expansion de ces centres spécialisés est très importante afin de prendre en charge un maximum de personnes atteintes de sous-nutrition.

    La meilleure solution, mais longue à mettre en place, est le développement durable.
    En effet si les pays pauvres arrivaient à atteindre l'autosuffisance alimentaire, les problèmes de sous-nutrition seraient largement réduits. Il faut puiser dans les ressources locales, de cette manière les habitants auraient plus de nourriture à leur disposition, bien sûr les repas ne pourraient pas être très variés ni équilibrés, mais la population aurait moins faim. Il ne resterait ensuite "qu'à régler" le problème de la malnutrition.
    Le but recherché est que les pays pauvres se suffisent à eux-mêmes.

    Il existe également des "out-reachers", des secouristes chargés de trouver les personnes les plus en danger, c'est-à-dire des enfants le plus souvent.
    Dans certains pays, le but est plutôt d'améliorer les technologies et les sciences, comme par exemple en Colombie, au Brésil ou au Sénégal.


    Retour en haut de la page

    IV. Les chiffres chocs.

    J'ai déjà évoqué certains chiffres marquants au cours du développement, mais pour ne pas vous accabler de chiffres, j'en ai omis quelques uns que je vous reporte ici :


    Retour en haut de la page